Belgique libertine – état des lieux après 6 mois de crise

Six mois après l’arrêt total de toute activité économique, il est temps de faire un petit état des lieux de la situation actuelle en ce qui concerne les clubs libertins. Au même titre que les boîtes de nuits et l’évènementiel, c’est un secteur pour lequel aucune date précise n’a été fixée pour la reprise. Et pour cause, ces « passe-temps » impliquent une promiscuité qui va à l’encontre de la fameuse distanciation sociale dont on nous vante depuis 6 mois les bienfaits contre la propagation du virus.
Néanmoins, ça commence à bouger un peu, certains saunas rouvrent timidement leurs portes tandis que certains clubs libertins ont mis la clé sous la porte de manière définitive.

Petit résumé de la situation actuelle en Belgique :

Les clubs qui nous ont dit au revoir

Le X-freedom en région bruxelloise a été le premier à succomber à l’hémorragie. J’y organisais 2 soirées T-girls par mois, autant dire que je suis particulièrement affectée par cette disparition.

Le club Shoushou a également annoncé sa fermeture définitive. C’est plus surprenant car c’était un club qui tournait bien et qui attirait pas mal de monde, toutes tendances confondues. A en croire les patrons, la crise Covid n’y est pour rien, c’est une histoire de rachat du bâtiment qui en est la cause. Laurent et Dominique assurent qu’ils sont à la recherche d’un nouvel endroit (probablement dans la même région) pour poursuivre l’aventure.

La Suite 69 (région liégeoise) est également fermée. Ce n’était pas un club « de référence » pour le public LGBT mais j’avais quand même participé à 2 ou 3 soirées chez eux.

Les clubs qui rouvrent sous certaines conditions

Certains clubs échangistes sont rouverts depuis déjà quelques semaines. Je pense notamment au Bornedries, au Divine, ou à l’Only4You.
Je n’ai jamais visité aucun de ces clubs. Je sais par contre que les T-girls sont les bienvenues au « Born » et au « Divine » alors que ça ne semble pas être le cas à l’Only. Dans ces endroits, on va vous demander de respecter les règles sanitaires : bulle de 5 personnes, port du masque, désinfection régulière des mains. La piste de danse est condamnée, les déplacements au sein de l’établissement doivent se limiter au strict minimum (par exemple on ne peut plus se déplacer jusqu’au bar pour passer commande, c’est à présent le personnel qui vient prendre votre commande à votre table)… Par contre, il semblerait que dans les alcôves, personne ne vient contrôler ce qui s’y passe donc libre à vous de prendre certaines libertés si ça vous chante. Mais si vous me demandez où est la logique dans tout ça, attendez-vous à un long silence de ma part…

Les clubs qui ont choisi de rester fermé en attendant une amélioration

Une grande majorité de clubs préfèrent rester fermés plutôt que d’ouvrir dans ces conditions incompatibles avec le vrai libertinage. Ce sont ces clubs réputés pour leurs soirées de sexe débridé plus que pour leurs soirées dansantes. Le club Amai, le Goesting, le Climax, l’Eroxx, l’Erodance, le 139… Tous refusent de se voir contraints d’imposer une muselière à leur clientèle. Ils préfèrent donc attendre un feu vert des autorités pour un retour à la normale complet. Je comprends leur raisonnement et j’espère sincèrement qu’ils tiendront le coup jusque là car ça peut prendre encore des mois (j’ai entendu dire qu’en France une reprise du secteur n’était pas prévue avant… fin avril 2021 !!)

Lente reprise des soirées T-girls

Malgré le contexte, il ne se passe pas une semaine sans qu’il me soit reporté la reprise de soirées T-girls.
Le premier endroit à avoir remis le pied à l’étrier, c’est le Georges, à Mouscron. Estelle y a repris ses soirées déjà au mois de juin !
Nouvel horaire (1er jeudi et 3e vendredi, de 21h à 1h du matin), ces soirées sont toutes tendances confondues mais le nombre de participant-e-s est limité à 30 personnes.

Depuis le 1er septembre, le sauna 422 à Manage est également rouvert. La première après-midi T-girls y est programmée pour le jeudi 17 septembre. Elle prendra fin à 22h. Les règles sanitaires seront d’application mais ce qui se passe dans les alcôves reste dans les alcôves…

Le club Mystique (en Hollande, mais si près de la frontière qu’on le considère un peu comme un club belge) reprend sa journée « Tranny » ce jeudi 10 septembre.
Je ne connais pas les règles imposées aux Pays-Bas. Sont-elles plus ou moins rigoureuses que par chez nous, je ne pourrai vous le dire que le lendemain de la « tranny party » à laquelle j’assisterai.
Par contre ils ont clairement indiqué dans leur communication que la piste de danse ne sera pas exploitée. Personnellement, ça ne me fait ni chaud ni froid, ce n’est pas mon alcôve préférée 😉

Le Boysclub, sauna gay à Bekkevoort, va également rouvrir vers la mi-septembre. La première T-girls night aura lieu chez eux le vendredi 2 octobre.

Mis à part ces clubs qui proposent des soirées spéciales, il reste aussi les endroits où les T-girls sont les bienvenues tous les jours.

Je pense notamment aux cinés X « Blue Vision » en région anversoise et au ciné Minuit à Liège. Le sauna Aquari’hom, toujours à Liège, est également ouvert et prêt à nous recevoir notamment les mardis et samedis.

Comme on peut le constater, la situation a évolué depuis le début de la crise.
On est passé du désert total en avril à un début de reprise sans pour autant être revenu à la situation initiale.
On peut s’en réjouir, ou au contraire s’en offusquer si on fait partie de ceux qui considèrent comme paroles d’Evangile toutes les déclarations de nos dirigeants et de nos infectiologues.

Vous l’aurez compris, en ce qui me concerne, je n’ai pas attendu, ayant déjà participé à plusieurs soirées privées et même à certaines soirées libertines en club, notamment à Paris où on semble prendre tout ça avec beaucoup plus de légèreté.

Pour moi, ce mois de septembre sera celui de la reprise des sorties de manière régulière avec notamment cette semaine une redécouverte du Mystique, où je n’ai plus mis les pieds depuis l’été 2019 !

NB : tous les clubs cités dans cet article sont repris dans la liste qui se trouve sur cette page.

2 réflexions sur “Belgique libertine – état des lieux après 6 mois de crise

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s