Nautilus (Milan/I)

Pour mon premier mini-trip coquin en Italie, je ne pouvais pas faire l’impasse sur les clubs libertins locaux. Un ami m’avait beaucoup parlé du club Nautilus à Milan. 
Je m’y suis rendue lors d’une soirée « Travcompany ». Voici ce que j’ai pensé de l’endroit.

Nauti logo

Situé à moins de 7km du centre touristique de Milan, on peut passer devant le Nautilus sans le remarquer. En effet, ce club privé est situé dans un immeuble au milieu d’un quartier d’habitations.
La soirée à laquelle j’ai participé se déroulait un vendredi soir et en Italie, il est inutile d’arriver avant 22h30-23h00 quand on sort. Mais à cette heure-là, difficile de trouver un endroit où garer. Nous avons fait comme tout le monde, parking sur le trottoir, il paraît que c’est toléré là-bas.
J’avais déjà entendu parler de la conduite à l’italienne, j’ai donc découvert le parking à l’italienne, tout aussi anarchique. 😉
nauti ext
L’entrée du Nautilus. Plus discret que ça, tu meurs !

Il vous faudra sonner à la porte pour qu’on vienne vous ouvrir et ensuite vous montez au 1er étage de l’immeuble pour pénétrer dans ce qui devait être à la base soit un très grand appartement, soit les bureaux d’une entreprise.

Que ce soit l’un ou l’autre, l’aménagement actuel est tel qu’il est impossible de l’imaginer autrement.
Lors de votre première visite, vous devrez sortir la carte d’identité, on vous fait membre du club. L’inscription coûte 30€ et est renouvenable chaque année. Vous recevez une carte magnétique dont vous devez vous munir à chaque visite et que vous devez garder sur vous (explication plus loin).
Mis à part ces 30€ à l’année, l’entrée pour les T-girls est gratuite et on vous offre une boisson au choix. Le prix est de 50€ pour un homme. Je ne me rappelle plus le tarif couple H/F.
L’espace principal m’a semblé très grand, même s’il est divisé en diverses parties : le coin divan-lounge, l’espace bar, l’espace dance-floor où se tiennent également les spectacles transformiste, etc…
nauti guichet
l’accueil

La déco est originale, tout a été mis en oeuvre pour qu’on ait l’impression de se trouver à l’intérieur d’un navire ancien ou d’un vieux sous-marin (souvenez-vous le nom du club : Nautilus). Des hublots, des lattes à l’aspect métallique avec de gros boulons, une barre de navigation, des horloges anciennes affichant les différentes heures partout sur Terre, des aquariums… Rien ne manque !!

Lorsque vous avez soif, il vous faudra vous armer de patience car le serveur est seul tout au long de la soirée et il y a parfois 20 personnes avant vous qui attendent d’être servies (l’eau et le café sont gratuits mais c’est quand même le barman qui vous les sert). Vous lui donnez votre carte magnétique lorsque vous passez commande. Il la scanne, identifie votre consommation, et les données sont automatiquement enregistrées sur votre compte que vous règlerez à la sortie, au moment de récupérer votre manteau.
Nauti inside
Vue de l’intérieur du Nautilus

La soirée à laquelle j’ai assisté est organisée par l’asso « Travcompany.com« , qui sévit également dans d’autres villes italiennes. J’en parlerai plus en détails, ainsi que du déroulement de la soirée, sur mon autre blog, dans un article à paraître bientôt.

Si le spectacle ne vous intéresse pas plus que ça, c’est peut-être le moment d’aller vous approvisionner au buffet situé non loin du bar. Une table sucrée (plusieurs raviers remplis de bonbons et de quelques biscuits), une autre salée : plusieurs sortes de pâtes, des croquettes, du fromage, un peu de charcuterie,… On se sert autant de fois qu’on le désire. Les plats sont réapprovisionnés régulièrement et parfois avec de nouveaux mets.
On a pas encore parlé des alcôves. Il y en a quelques unes, situées un peu à l’écart de l’espace principal. Pour les trouver, il faut s’engager dans une sorte de couloir sombre et étroit avec, de chaque côté, de petites cabines qui peuvent fermer ou non. Le confort y est spartiate, l’espace est réduit et, aux heures de grande affluence, je trouve franchement désagréable de déambuler dans cet endroit. Mais si la bousculade ne vous dérange pas, vous pourrez probablement avoir quelques mains baladeuses très facilement et très probablement « plus si affinités ».
Un autre espace, plus spacieux celui-là, est meublé d’un grand matelas rond et d’un autre de forme plus classique. Ici, on pratiquera le sexe à plusieurs, devant le regard satisfait des voyeurs.
Il y a quand même pas mal d’action dans les alcôves, les gens semblent venir ici aussi pour jouer. Ca se mélange assez bien, des travs jouent entre elles, des couples invitent les travs, des hommes se laissent tenter également.
nauti inside 2
Ah oui, j’oubliais : aucune douche n’est prévue dans ce club. Pour faire sa toilette, il y a juste un petit bidet, dissimulé par un rideau d’épaisses cordes. Mon ami italien m’a expliqué que l’hygiène de la gent masculine dans les clubs locaux laissait souvent à désirer mais c’est un peu normal si rien n’est prévu pour que la clientèle se rafraichisse après l’effort !
Bon à savoir :
J’ai visité 2 clubs dans la région de Milan et à chaque fois, les vestiaires étaient inexistants. On donne sa veste en arrivant, elle est placée sur un cintre dans un local plus ou moins sécurisé et puis basta. Si vous faites partie des T-girls qui ont l’habitude d’arriver sous leur apparence masculine pour se changer une fois arrivée sur place, réfléchissez à 2 fois avant de venir en Italie.
Si vous fumez, un espace vous est réservé dans une pièce sans charme, ni confort, ni chauffage (du moins c’est ce qu’il m’a semblé).
Si vous n’arrivez pas trop tard, vous pourrez bénéficier d’une sorte de mini coffre-fort pour y mettre vos objets de valeur (porte-feuilles, gsm, clés de voiture…) mais à 23h, il n’y en avait déjà plus de disponible.
nauti ogni domenica
Soirée T-girls chaque dimanche soir
En bref : le club vaut la peine d’être visité au moins une fois. C’est un endroit original dont la déco ne laissera pas indifférent. On déplorera l’absence de vestiaires et de douches.
Ce n’est pas un club uniquement destiné aux T-girls, loin de là ! D’autres soirées libertines sont organisées, et parfois les thèmes proposés sont plus pointus (BDSM, fétichisme des pieds…).
La soirée trav ne m’a pas complètement convaincue, je me suis sentie un peu perdue dans cette foule et il faut dire que la barrière de la langue n’a pas joué en ma faveur. C’était bien une soirée festive mais qui m’a personnellement laissée de marbre. Peut-être que j’aurais dû y retourner le dimanche, à l’occasion de la soirée Trav hebdomadaire qu’ils organisent et qui est peut-être plus chaude… Ce sera pour une prochaine fois !
Visite effectuée fin mars 2019
CLUB NAUTILUS : Via Privata Mondovì, 7, 20132 Milano MI, Italie
Publicités