Blue Vision cinéma (région Anvers)

Mon amie Stéphanie, qui fait partie de l’organisation « Translips » à Anvers, m’avait expliqué qu’elle se rendait régulièrement au Blue Vision Megastore, un sex-shop situé non loin de chez elle afin d’y rencontrer des coquins dans la partie cinéma.
Aussi, lorsque j’appris que le sex-shop proposait chaque 1er samedi du mois une soirée spéciale trav, il était de mon devoir d’aller y faire un tour pour vous en faire un petit compte-rendu.

A la lecture de ce qui suit, gardez toujours à l’esprit que cet endroit n’a rien de comparable avec les clubs libertins traditionnels.

bluevision logo

l'ancienne route Bruxelles-Anvers où l'on distingue la grande enseigne du sex-shop
l’ancienne route Bruxelles-Anvers où l’on distingue la grande enseigne du sex-shop

La route et l’accès : depuis mon point de départ habituel, Bruxelles, c’est hyper simple : on prend l’ancienne route qui mène à Anvers, la A12, et on sort à hauteur de Boom. Là, il faut faire demi-tour dès que possible car le sex-shop se trouve de l’autre côté de la grand-route. L’avantage c’est que pour le retour, on est directement dans le bon sens et à 2 pas de la voie rapide.
Le parking : on se trouve dans une sorte de grand zoning commercial. Il y a aux alentours toute une série de magasins bien connus du grand public. Ikea n’est pas très loin, de même que les enseignes de textile mais aussi des commerces de déco ou d’articles de jardin. Le sex-shop est un peu en retrait, comme on peut le voir sur la photo, son parking est assez grand. On peut même se garer pile poils devant la vitrine si on le désire.

le parking et la grande vitrine. L'entrée est au centre.
le parking et la grande vitrine. L’entrée est au centre.

Le hall d’entrée : pour accéder à la partie ciné, il faut passer obligatoirement par la boutique. « Boutique » n’est d’ailleurs pas le terme adéquat dans le cas présent car nous sommes ici dans le supermarché du sexe ! Il s’agit d’un « mega-store » et l’appellation n’est pas exagérée. On trouve ici vraiment tout ce qu’il faut pour pimenter sa vie sexuelle, sur une surface de 600m². La caisse est située plus ou moins au centre du magasin. Il y a là 2 personnes, un homme et une femme, ils sont très accueillants, parlent le français et ils expliquent où se trouve l’endroit où se déroule la soirée.
Le prix d’entrée : la soirée en question est proposée par le sex-shop lui-même, ce n’est pas organisé par un tiers. L’accès pour les T-girls et les couples est gratuit. Pour les hommes, c’est 10€.

un aperçu du megastore, très impressionnant
un aperçu du megastore, très impressionnant

Les vestiaires : il n’y en a pas. Il est donc vivement recommandé d’arriver déjà en « tenue ». Mon amie Stéphanie m’avait prévenue et j’avais donc pris les devants. Cependant, il est tout à fait possible d’accéder à la partie coquine, de s’enfermer dans l’une des cabines pour s’y changer et de laisser ensuite ses affaires dans l’un des 4 casiers (c’est peu mais apparemment c’est suffisant) que l’on verrouille avec un cadenas qu’on aura pris soin d’apporter.
Le bar : il n’y en a pas mais en cas de sécheresse, on peut retourner dans l’espace sex-shop où on vous offrira gratuitement une canette de Coca ou un autre soft drink. Par contre pour manger, rien n’est prévu (rappel : ceci n’est pas un club)
L’atmosphère en général : dans la partie sex-shop j’ai croisé quelques clients qui ne comptaient pas se rendre au cinéma. J’ai lu dans leur regard un peu de curiosité, mais pas de mépris. Dans la partie ciné, il fait bien entendu très sombre. On se croise, on s’observe, on se frôle. Peu ou pas de contact entre les différents hommes présents. C’est parfois un peu glauque (ce qui, venant de moi, n’est pas forcément négatif) de voir ces hommes flâner dans les allées, un peu comme s’ils arpentaient les rues d’un quartier chaud. Les hommes présents gardent leurs vêtements, y compris leur veste.
Les alcôves : ce qu’on désigne par la partie « ciné » est en réalité une sorte de grand hangar en forme de cube. A l’intérieur de cet espace, on a aménagé des cabines plus ou moins grandes dont les parois sont faites de plaques en tôle. Chaque cabine ferme au moyen d’un verrou. Certaines ne sont pas plus grandes qu’une cabine d’essayage, d’autres sont assez larges pour contenir un divan. Chaque cabine est munie d’un écran télé qui diffuse du porno en continu. Ce soir là, tous les écrans proposaient des films mettant en scène des she-males (très bonne initiative). Il y a aussi 2 espaces qui ne peuvent être assimilés à des cabines. Ce sont de petites salles propices à l’exhib munies soit de divans, soit d’un matelas. On pourrait croire que tout le monde voudra aller là mais ce n’est pas le cas, le public présent préférant de loin la discrétion.
La fourniture de capotes et serviettes : les capotes ne sont pas fournies (ils en vendent au sex-shop, ce serait se tirer une balle dans le pied que d’en proposer gratuitement dans l’espace coquin). Chaque cabine est pourvue d’un distributeur de produit désinfectant, de lingettes et d’un rouleaux de papier absorbant.
Le public présent : on retrouve en grande majorité des hommes seuls. Je suis restée 3h sur place, j’ai croisé 2 couples et nous étions 4 T-girls. Les hommes seuls sont vraiment majoritaires et plusieurs sont là pour jouer entre eux. J’aurais cru qu’il y aurait plus de T-girls et certaines sont peut-être arrivées après mon départ mais je ne le saurai jamais.
Les points négatifs : malgré l’obscurité ambiante, j’ai pu constater notamment dans les espaces plus larges que le sol n’était pas toujours très propre. La température ambiante est acceptable mais il y avait une soufflerie en fonction qui produisait par moments un petit courant d’air froid assez désagréable.
Bon à savoir : il n’y a pas de douches, uniquement une toilette avec un petit évier et quelques miroirs.
Conclusion : c’était une nouvelle expérience pour moi. Je ne m’étais jamais rendue dans ce type d’endroit qui n’a rien de comparable avec le cinéma du Club 3000 à Bruxelles, par exemple. Je pense qu’il y a du potentiel, ce n’était que la 2eme édition lors de ma présence mais si le bouche à oreille fonctionne bien et qu’il y a un peu plus de T-girls les prochaines fois, il devrait y avoir aussi plus de mecs (pour eux, le prix plancher est un argument de poids) et par conséquent une ambiance de plus en plus chaude.

PRIX UNIQUE : 10€

(mis en ligne le 10 décembre 2014)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s