New Riddershof (Hamme)

Je vous gâte pour l’instant avec mes comptes-rendu !! Il faut dire que pendant l’année 2012 je n’ai pas fréquenté beaucoup d’endroits différents mais j’avais décidé qu’il fallait que ça change en 2013. Pour l’instant je tiens parole ! Le club mis sur la sellette aujourd’hui est le New Riddershof. C’est un endroit que je voulais visiter depuis bien longtemps. C’est aujourd’hui chose faite. Allons-y pour mon rapport de visite !

new riddershof

La route et l’accès : ce club étant situé à mi-chemin entre Gand et Anvers, une partie du trajet se fera bien entendu par autoroute mais vu que la destination finale est un petit village perdu au milieu de nulle part, il vous faudra à un moment donné bifurquer et suivre de petites routes sinueuses pour arriver enfin à bon port (attention, l’enseigne du club n’est pas très visible depuis la route).
Le parking : le club est aménagé dans une propriété privée. De l’extérieur, ça ressemble à une grande villa entourée d’un parking qui peut accueillir plusieurs dizaines de voitures. Aucun souci donc pour la discrétion.
Le hall d’entrée : l’entrée principale est située sur le côté gauche de la villa. Lorsque vous passez la porte, il y a à gauche une petite pièce, sorte de petit bureau qui fait office d’accueil. Un homme se trouve là et il vous annoncera le prix à payer.
Le prix d’entrée : 30€ pour les T-girls. Ce prix comprend le buffet à volonté et vous recevez 5 à 7 tickets boissons (je n’ai pas vraiment compté), valables pour tout type de boisson. Que ce soit soft ou alcool, le nombre de ticket demandé est identique : une unité. Vous recevez également un petit cadenas avec sa clé.
Les vestiaires : Ils sont situés à l’étage et il n’y a pas de pièce spécifiquement conçue à cet effet. Des casiers sont éparpillés un peu partout dans le hall qui mène aux différentes alcôves. On choisit le casier qu’on veut et on le ferme avec le cadenas reçu à l’accueil.
Le bar : situé comme toujours dans la pièce principale, où se trouvent également le dance-floor, quelques tables de style resto (mais je m’imagine mal quelqu’un manger dans cette partie du club) et quelques divans. Au bar, on sert du « vrai » coca et la dose de whisky est raisonnable. Service rapide, le garçon est au taquet !
Le « ravitaillement » : On accède au coin restaurant directement depuis l’espace principal dont je viens de parler. Lors de ma visite, le buffet n’était pas très garni, quelques plats froids, dans le genre tomate farcie au thon, de la charcuterie, etc. On ne sert pas de boisson ici, il faut penser se servir au bar avant d’accéder au resto. C’est aussi par le resto qu’on accède au coin fumeur (qui est un endroit que je ne visite pratiquement jamais puisque je ne suis pas concernée)
L’atmosphère en général : Difficile de se faire une idée précise de l’atmosphère alors qu’elle peut varier d’une soirée à l’autre. Ce soir là, il y avait pas mal de T-girls néerlandophones (normal, nous sommes en plein pays flamand) et pour moi, même avec la meilleur volonté du monde, difficile d’avoir une longue discussion et donc de sympathiser dans la langue de Vondel. Ça ne veut pas dire que l’ambiance n’était pas bonne mais je pense que si j’avais été seule, je me serais sentie un peu perdue. Point de vue musique, même s’il n’y avait pas grand-monde ce soir-là, un DJ officiait et il était motivé, le garçon, jouant de la musique entraînante malgré l’absence de danseuse sur le dance-floor…
Les alcôves : elles m’ont bien plu. La plupart se trouvent à l’étage et sont de tailles diverses. J’ai d’abord visité une pièce où trônait un grand lit puis, en voulant sortir de là, j’ai remarqué qu’on pouvait accéder à une pièce plus petite dont l’espace était occupé principalement par un fauteuil gynécologique (je reviendrai plus en détail dans un prochain article sur ce point précis). Un peu plus loin, une autre pièce, beaucoup plus grande avec plusieurs matelas posés côte à côté pour les orgies où pour les adeptes du côte-à-côtisme. Si j’ai bien compté, il devait y avoir environ 5 alcôves au total.
La fourniture de capotes et serviettes : les rouleaux de Sopalin sont disposés un peu partout. Pour les capotes, je n’arrive plus à me souvenir s’il y a des présentoirs à l’étage où s’il faut se les procurer au bar. Je visite tellement de nouveaux endroits ces derniers temps que je mélange tout !
Le public présent : « Tranny Night » = beaucoup de T-girls bien sûr. Certaines avec déjà quelques heures de vol au compteur et d’autres plus jeunes, un peu comme partout. Des mecs aussi, qui savent pourquoi ils sont là, et quelques femmes, principalement venues avec leur coquin de mari. Tout le monde a l’air de bien s’entendre.
Les points négatifs : il n’y en a pas vraiment. Le buffet un peu « chiche » peut-être. Je pourrais aussi déplorer le fait qu’il n’y ait pas de toilette à l’étage mais ce serait vraiment juste pour « chipoter » et trouver quelque chose à reprocher…
Conclusion : un club sympa à découvrir de toute urgence, afin de le repeupler un peu, comme il l’était il y a quelques années, d’après ce que m’en ont dit quelques « anciennes ». A noter encore qu’il y a une grande piscine à l’arrière du club, mais avec le temps qu’il fait pour l’instant, je suis pas sûre qu’on pourra y nager cette année…

PRIX : TV/TS : 35€, femme seule : 30€, homme seul : 60€, couple : 60€

(initialement publié le 10 avril 2013 sur mon ancien blog)

Publicités

Un commentaire sur “New Riddershof (Hamme)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s