Goesting (entre Anvers et Gand)

Un nouveau club a ouvert ses portes récemment dans la partie Nord du pays, chez nos amis flamands. Le Club Goesting est situé au Nord-Ouest d’Anvers et est géré par l’ancienne équipe du Gallery’s, un autre club libertin bien connu en Belgique. Mercredi soir le club Goesting organisait sa 2ème « Tranny Night » et comme j’étais libre ce soir-là, je n’ai pas laissé passer l’occasion de découvrir ce nouvel endroit. Quitte à commencer une nouvelle année, autant la commencer dans la nouveauté ! Voici donc mon compte-rendu.
Procédons par ordre, et par catégories.

goesting 2La route et l’accès : assez facile à trouver, le club est situé dans un petit village dans une rue résidentielle. L’emplacement est clairement indiqué par une enseigne au néon bleu qui attire le regard.
Le parking : nous sommes arrivées tout au début donc il y avait plein de place. Nous sommes parties tout à la fin donc il y avait toujours autant de place ! Le parking est privé et assez vaste, pas de soucis à se faire à ce niveau-là.
Le prix d’entrée : la bonne surprise de la soirée ! Alors que leur site internet indiquait l’entrée à 20€ pour les T-girls, nous n’avons finalement rien dû payer. Pas de carte de membre non plus (d’ailleurs on ne nous a même pas demandé notre prénom pour le noter dans un registre comme ça se fait à certains endroits). Nous avons donc passé une bonne soirée au tarif minimal !
Les vestiaires : Les vestiaires sont spacieux, bien éclairés et pourvus de petits sièges confortables pour y poser son séant pendant qu’on enfile ses bas et/ou ses chaussures. Les casiers sont assez grands pour y mettre vos chaussures et vêtements de rechange. Il y a également un miroir avec une petite tablette fixée dessous pour y entreposer votre maquillage pendant que vous vous repoudrez le nez. Un 2eme miroir (plein pied) est aussi disponible  pour vous observer une dernière fois sous toutes les coutures avant de rentrer dans l’arène.
Le « ravitaillement » : dans une petite pièce juste après l’accueil, on trouve des petites choses à grignoter. Je ne sais pas comment ça se présente lors des soirées qui attirent beaucoup de monde, mais ce soir-là, il y avait des petits pains au jambon-fromage, thon, ainsi que d’autres variétés. Egalement des œufs durs, et des coupe-faim style saucisses d’apéritif, tomates cerise, tranches de concombre. Pas d’assiette, pas de couverts, si ce n’est des petits cure-dents pour piquer dans la saucisse qui vous fait envie (ouille !). Pas de coin restaurant non plus, mais dans la pièce adjacente il y a quelques fauteuils où l’on peut éventuellement s’installer pour manger son sandwich. Et j’oubliais encore la corbeille à friandises au chocolat et les bonbons. Les boissons quant à elles sont exclusivement servies au bar.
Le bar : Il y a en permanence une ou 2 personnes présentes pour vous servir. Les boissons sont gratuites, même les alcools forts. Cependant, j’ai pris un whisky-coca et je cherche encore le goût du whisky… Mais bon, on va pas se plaindre non plus, faut pas exagérer. Dans la même pièce que le bar, il y a la piste de danse et quelques divans confortables au pieds desquels se trouvent des matelas (j’avais déjà vu ce type de configuration au Gallery’s).
L’atmosphère en général : musique « dance » des années 80 ou plus actuelle pour se trémousser sur la piste de danse, même si ce soir-là elle est restée désésperemment vide. Dans les alcôves, par contre, pas de musique, c’est dans un silence religieux que l’on y déambule. Les éclairages sont tamisés, quel que soit l’endroit où vous vous trouvez (sauf vestiaires et toilettes évidemment).
Les alcôves : aahhh, enfin la partie la plus intéressante de ce publi-reportage… Les alcôves sont nombreuses et pour la plupart assez grandes. Les matelas sont recouverts d’une sorte de tissu imperméable pas désagréable au toucher. Certains matelas sont vraiment très larges et il trône en leur centre un énorme objet, sorte d’hybride entre un coussin et un pouf. Je ne sais pas exactement quel est le but de ces coussins car en réalité ils ne sont pas très confortables et même carrément casse-gueule. J’ai fait plusieurs tentatives pour m’allonger sur l’un d’entre eux. Dans le meilleur des cas, je ne pouvais plus quitter la position bras et jambes écartées, qui me faisait un peu ressembler à Patrick, l’ami étoile de mer de Bob l’Eponge. Sans compter qu’après quelques secondes, et quoique vous fassiez, vous glissez du pouf pour vous retrouver quand même les fesses les premières sur le matelas. Donc autant ne pas l’utiliser.
La plupart des alcôves sont munies de parois percées pour permettre aux voyeurs de regarder et aux plus coquins de laisser dépasser un petit cadeau à votre attention.
Une alcôve m’a bien plu, c’est celle où se trouve une grande cage, sorte de cellule de prison de western, avec les barreaux métalliques. Juste à côté, toujours dans la même alcôve, une balançoire de sexe, plus communément connue sous le terme de « sling ». Je n’ai pas eu l’occasion de l’utiliser mais j’espère une prochaine fois car ça me fait vraiment envie !
Un fauteuil gynéco trône au centre d’une autre alcôve et pour ceux qui aiment faire ça dans le noir quasi total, il y a également une « black room » mais dépourvue de matelas. Elle est située juste à côté de la petite salle de cinéma.
La salle de cinéma : Tout comme au Gallery’s, le Goesting Club nous propose cette petite « attraction » supplémentaire qui remporte toujours un franc succès. Il n’y a qu’une douzaine de sièges mais c’est amplement suffisant. Le film diffusé ne m’était pas inconnu, je l’avais déjà vu sur internet. Il mettait en scène un homme nu qui se fait violer par une demi-douzaine de shemales. Une petite estrade devant l’écran permet de s’adonner aux coquineries les plus diverses devant les spectateurs. L’une des parois de la salle de cinéma est munie de glory-holes très bien placés.
La fourniture de capotes et serviettes : que ce soit dans la partie cinéma ou dans les autres alcôves, il y a des distributeurs de capotes et des rouleaux de papier essuie-tout (« Sopalin » pour nos amies françaises) quasi partout ! Chaque alcôve est également munie d’une poubelle pour y jeter vos crasses (emballages de bonbons, piles usagées, vieilles perruques, etc…)
La partie « SPA » : comme si ça ne suffisait pas, le club Goesting propose un espace détente de type Spa où vous trouvez entre autres un sauna et un jaccuzzi. Les douches sont également de ce côté-là, elles sont spacieuses et le décor donne l’illusion que l’on se douche sous une cascade d’eau claire au milieu de rochers.
Les dangers : juste 2 petites choses à signaler pour ne pas que votre premier passage au club se termine à l’infirmerie.
Tout d’abord, le passage d’une pièce à l’autre est parfois un peu casse-gueule. Certaines pièces mitoyennes sont légèrement dénivelées. Entre les deux, il y a tout à coup comme un affaissement brutal pour accéder au niveau inférieur. La première fois, vous ne le savez pas et vous êtes surprise. Avec les talons hauts, vous pouvez même vous croquer la cheville si vous n’y prenez garde. Les fois suivantes, en principe, vous ne vous faites plus avoir, sauf si vous vous appelez Alexandra (je me suis fait surprendre quasi toute la soirée).
La deuxième chose est assez marrante en réalité. La salle de cinéma peut être contournée dans la pénombre et au bout d’un couloir il y a un espace très sombre. En réalité, ce n’est pas un espace, c’est une paroi. Mais quand on ne le sait pas, on fonce droit devant soi et on se la prend en pleine figure. Ca m’est arrivé 2 fois seulement. Mais je peux vous assurer que je n’étais pas la seule à me faire avoir car j’ai entendu régulièrement au cours de la soirée un grand « Boum !! ».
Au début je me demandais à quel jeu jouaient certains mais ensuite j’ai compris que ça venait de là. Prudence donc.
Pour finir, un petit point sur un élément important mais aléatoire, à savoir le public présent : il s’agissait de la 2ème soirée « Spéciale TV/TS » organisée à cet endroit et elle se tenait le 2 janvier. On était donc en droit de se demander s’il y aurait du monde. Et bien franchement, je n’ai pas été déçue. Bien sûr, il n’y avait pas 50 personnes mais il y avait une bonne proportion de mecs compte-tenu du nombre de T-girls présentes et les hommes présents étaient motivés ! Pour la tranche d’âge je dirais que ça s’échelonnait de 30 à 60 ans. Il y avait des mecs très bien physiquement, d’autres plus bedonnants et quelques arabes. Tout le monde très respectueux.
Ah oui, détail qui vaut son pesant de cacahuètes, bien que le club soit ouvert à tous ce soir là, il n’y avait qu’une seule femme présente.
Conclusion : vous pouvez tirer la conclusion par vous-même ! A la lecture de ce qui précède, vous aurez compris que j’ai été conquise par cet endroit et si je vous disais qu’en plus de tout ça j’ai bien profité de ma soirée, il va de soi que vous risquez de m’y retrouver assez souvent !

PRIX : TV/TS : 20€, femme seule : gratuit, homme seul : 60€, couple : 30€

(initialement publié le 4 janvier 2013 sur mon ancien blog)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s